Ce qui se cache

au delà de l’image, affichée presque proclamée, c’est ce que tu tais.

Cela rassure ton auditoire de retrouver dans cette exposition ciblée, l’aveu bien commode d’un amour indéfectible et délicat, empreint de douceur et de certitudes. C’est bien pratique et surtout cela n’appelle aucune question, nul doute et pas plus de questionnements. Tu affiches donc tu es ! Au règne des réseaux sociaux, tu fais passer le message et tes proches s’en contentent bien volontiers.

Moi, je me marre et selon l’expression consacrée, je ris dans ma barbe (que je n’ai pas d’ailleurs 🙂 ). Parce qui d’autre mieux que moi c’est ce que tu n’es pas ? Je vous le donne en mille : pas grand monde. Tous ceux qui forment la belle équipe de tes plus grands potes, n’ont pas de souci autre à se faire que les leurs et s’il daignent parfois t’écouter en coeur autour d’un verre, c’est plutôt pour tes conseils avisés en la matière qu’au sujet d’éventuels dilemmes relationnels. La vie des autres, même celle de leur « meilleur » pote, franchement c’est : anecdote ! Déjà la leur, c’est tout un problème, une équation à deux inconnues serait plus facilement résolue que leur pseudo engagement infaillible, leurs tiraillements incessants et leurs histoires de famille, c’est dire s’ils n’ont pas d’instant à consacrer à tes soucis métaphysiques.

Tu ne veux inquiéter personne sur ton sort. Rassures toi, de tes proches aucun n’avait l’intention de s’en faire. C’est une aubaine ! Si seulement ils pouvaient faire de même. Beaucoup envie ton audace, ta façon de paraître « grande classe ». Ils voient dans tes manifestations un peu vieille époque, ton côté mousquetaire – seul à trouver non pas les ferrets mais bel et bien la reine et de t’en vanter sous le sceau du secret. « Ne le dites pas mes potes, mais j’ai trouvé le top !  » Bien sûr qu’ils te jalousent et sourient de bon coeur en trinquant à la belle aventure, en pensant au fond qu’elle est tellement contre nature, qu’elle ne durera pas un round de plus que la précédente, pour sûr c’est couru d’avance.

C’est vrai qu’au fond ils t’aiment…bien, tu les fais rire. Avec toi il peuvent rigoler de tout et tant qu’il ne s’agit pas d’en pleurer. Tu les retrouve sans mal autour de la table pour trinquer et ils ne sont jamais les derniers à lever leur verre … à leur santé et qu’importe la tienne. Tu dis souvent qu’ils sont là quand tu es en peine, mais combien d’entre eux se libèrent dans l’instant quand autour de toi la vie se déchaîne ? Les doigts d’une main, rappelle toi ce qu’il en resta…

Je souris car au fond je sais que tu n’es pas dupe. Cela t’arrange bien d’être « taillé » pour l’aventure. C’est ainsi que tu voudrais être, le héros parmi les « guests  » et un héros qui mieux que toi le sait : ça ne pleure ni ne se plaint jamais !

2 réflexions sur « Ce qui se cache »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s