Take a smile !

<a

href= »https://onedayatnight.wordpress.com/2012/09/23/take-a-smile/take-a-smile/ &raquo; rel= »attachment wp-att-806″>

Pour les jours incertains qui n’attendent que d’être à demain

Pour les matins où l’aurore peine à trouver le chemin

Pour les grandes choses et surtout les petits rien

Pour le courage qu’il faudra une fois passée la porte

Pour ce que l’on croyait fort et que le vent balaie, emporte

Pour l’eau douce qui roule, coule et nous dévore

Pour ce temps qui court alors que l’on voudrait qu’il reste

Pour tout ce que l’on maudit, méprise, pour cette petite peste !

Pour un sourire, un signe, une douceur céleste

Parce que la vie est ainsi faite… (et que t’as de vachement beaux restes, genre « Bombesques » hi hi ! <3)

5.7

Les gens heureux n’ont pas d’histoires. Ils s’installent allègrement dans des situations provisoires comme on se plait à jouer aux dés avec le hasard. Ils vivent des moments transitoires ou l’inconnu n’effraie pas leur regard. Ils se moquent bien de l’avis des miroirs, dans leur monde, à part.

Les gens heureux ont des désirs qui restent tard, des sourires béats et de profonds regards. Ils naviguent en dérivant, mais quel beau bazar !

Non, décidément, les gens heureux n’ont pas d’histoires…

😉

The Beautiful Family

La soirée s’achève au clair de lune, dans une ambiance douce et légère. La torpeur suave et bienveillante des jours heureux, s’attache à nous à conquérir, comme s’il fallait encore nous persuader de ce bonheur si simple, qui nait d’un rien et emporte tout.
Les coudées sont franches, les blagues de potache et les gestes tendres. Et que demander de plus ?! S’il fallait que le temps s’arrête, reprenne en un instant tous nos rêves de conquêtes, j’aimerais rester là, sous la tonnelle, à deviser sur la nature humaine… me sentir parmi les miens, simplement là au creux de ceux que j’aime.

Ils ne pouvaient mieux faire…

Je leur dois la couleur de mes yeux et celle de mes rêves.

 

Ce petit coin de terre où je me réfugie lorsque le vent se lève.

Ils m’ont aimé sans faillir, malgré mon sale caractère.

M’ont offert le monde pour unique frontière.

Ils ont voulu pour moi, ce que le meilleur pouvait faire.

Ils m’ont donné des racines et des ailes.