Le paradoxe amoureux – Pascal Bruckner

« Je crois encore au grand amour, entend on souvent. Mais c’est aux personnes qu’il faut croire, vulnérables, imparfaites, pas à une abstraction si admirable soit elle. Aimer l’amour en général plus que les êtres eux mêmes, c’est se gargariser d’idéal. «